Accueil Conférences Adhésion Prix et Bourses Plaidoyer Liens
Nouvelles & Événements
Canadian Lawyers Abroad Internships (some in collaboration with the IBA)

This year the CLA-ACE Student Summer Internship Program is again offering exciting opportunities for adventurous law students looking to kick-start their careers in international law. The Program is open to students from law schools with a CLA-ACE Student Chapter. There are some very interesting internship opportunities available, several of which involve working directly with Indigenous communities across Canada, including in the North. Two of these internships have been developed in collaboration with the IBA. For more information on the internships go to: http://cla-ace.ca/what-we-do/internships/2013-summer-internships/

The deadline for applying for the CLA 2013 summer internships is January 31, 2013 at 11:59pm EST.

IBA 24th ANNUAL FALL CONFERENCE EVENTS – SAVE THE DATES!

We are very pleased to announce our 24th Annual IBA Fall Conference "Indigenous Governance and Jurisdiction over Water" which will be held in Winnipeg, Manitoba on October 19-20, 2012. We are also very pleased to be offering a second conference immediately prior to the fall conference that will focus on working to revitalize Indigenous laws. The "Revitalizing Indigenous Laws: Accessing Justice and Reconciliation" conference will run on October 17-18, 2012. We will also be offering practitioner workshops on October 18, 2012 in conjunction with the Revitalizing Indigenous Laws conference. All of these events will be held at the Delta Winnipeg.

Mark your calendar now and save the dates! Register for both conferences and save!

These conferences will be of interest to Indigenous Elders and community members, political leaders, policy analysts, government representatives, lawyers, judges, academics and law students with interests in water, the environment and how to work within Indigenous communities to "draw out law" to support development of Indigenous laws and processes for justice and reconciliation.


CONFERENCE AGENDAS & REGISTRATION DETAILS COMING SOON.
Go to conference page here.

World Indigenous Lawyers' Conference 2012
World Indigenous Lawers Conference

Click Here for more Info
2012 President's Award from the Women's Law Association of Ontario

Delia OpekokewCongratulations to Delia Opekokew, IPC on receiving the 2012 President's Award from the Women's Law Association of Ontario. In recognition of her outstanding service within the profession and her leadership role in advancing the position of women and women lawyers in Ontario.

Honourary Doctorates Given Out

Roberta JamiesonAn astronaut, a pharmacologist and a human rights advocate will receive honourary doctorates from Vancouver Island University.

Julie Payette, the second Canadian woman to fly in space, will receive an honourary Doctor of Technology degree. Dr. Frances Oldham Kelsey, a world-renowned pharmacologist, will receive an honourary Doctor of Science degree and Roberta Jamieson will receive a Doctor of Laws degree for her work promoting the right of First Nations people.

Payette, a spacecraft Communicator for NASA's mission con-trol centre fulfilled her lifelong dream with two space shuttle missions in 1999 and 2009. Kelsey was instrumental in the decision to refuse use of thalidomide, a drug used for sleeping pills, in the U.S. It was developed in the 1950s by a German pharmaceutical company and later proved to cause thousands of severe birth deformities in Germany, Great Britain and Canada.

Jamieson, president and CEO of the National Aboriginal Achievement Foundation, is a member of the Order of Canada, a recipient of the National Aboriginal Achievement Award and the Indigenous Peoples' Council Award from the Indigenous Bar Association.

Ceremonies take place June 4 and June 5 at the Port Theatre.

Roger Jones, I.P.C. – Recipient of the 2011 National Aboriginal Achievement Award for Law & Justice

Roger JonesPlease join the Indigenous Bar Association in congratulating Roger Jones, I.P.C., upon receiving the 2011 National Aboriginal Achievement Award for Law & Justice.

Roger will receive this honour at the National Aboriginal Achievement Awards on Friday, March 11, 2011 in Edmonton.

Roger is a member of the Sagamok Anishnawbek First Nation in Ontario. He has been recognized many times for his outstanding achievements in law and policy, including receiving the Indigenous Peoples' Counsel (IPC) designation from the IBA in 2008. Roger has played a key role in several major achievements for Indigenous Peoples in Canada including the development of the United Nations Declaration on the Rights of Indigenous Peoples, the Federal Crown-First Nations Political Accord in 2005, and as a participant in Canadian constitutional negotiations.

Roger was the founding president of the IBA and has served on the IBA Board several times. He has been a wonderful role model for young Indigenous lawyers and served as mentor to many.

Please join the IBA in congratulating Roger as he receives the 2011 National Aboriginal Achievement Award for Law & Justice!

Photo credit: Koren Lightning-Earle

IBA Newsletter Submission Due Dates
  1. July 13th, 2007 for the Summer Edition
  2. September 21st, 2007 for the Autumn Edition
PRIX NATIONAUX D’EXCELLENCE DÉCERNÉS AUX AUTOCHTONES 2007

PRIX NATIONAUX D’EXCELLENCE DÉCERNÉS AUX AUTOCHTONES 2007

Read details

LAW CLERK PROGRAM

The Federal Court of Appeal and the Federal Court engage 43 law clerks (approximately 12 for the Federal Court of Appeal and 31 for the Federal Court) each year to conduct research on files to be heard by the judges of the Courts...

Read the posting

IBA Concerned About Motives For New Judicial Appointments Process

 

Read the PressRelease

Letter to Honourable Vic Toews, Minister of Justice

 

Read the Letter

Submissions to the Standing Committee on Justice and Human Rights regarding the demise of the Law Commission of Canada

 

Read the Submissions

L'ABA Annonce la 19è Conférence Annuelle d'Automne - Mettre l'Accent sur les Traditions Juridiques Autochtones
SASKATOON, Saskatchewan, le 21 octobre 2006 – Le Président de l’Asssociation du Barreau Autochtone, Jeffery Hewitt, a annoncé aujourd’hui aux délégués de la conférence d’automne de l’ABA, l’endroit et le thème pour la 19è conférence annuelle d’automne de l’ABA. « L’ABA a le plaisir d’annoncer que, compte tenue des directives obtenues par ses membres et le C.P.A., la 19è conférence annuelle d’automne de l’ABA mettra l’accent sur les Traditions Juridiques Autochtones et sera présentée en collaboration avec la Faculté de droit de l’Université de Victoria . » La conférence annuelle 2007 est prévue pour le 18-20 octobre 2007,  à Victoria en Colombie-Britannique. D’autres renseignements au sujet de la conférence annuelle 2007 seront fournis sur le site Web et le bulletin d’information de l’ABA dans les prochains mois.
Le Bulletin d'Information de l'ABA est maintenant disponible - le Numéro Spécial d'Automne 2006 et le Numéro Spécial 2006 pour les Étudiants!

Consultez le Bulletin d'Information de l'ABA - Automne 2006
(version anglaise seulement)

View the Special 2006 Student Edition of the IBA Newsletter
(version anglaise seulement)

Le Rapport de la « NSAHRC » (Secrétariat National Contre l'Intolérance et le Racisme) à la suite du colloque sur les Crimes Motivés par la Haine - Disponible Maintenant

Une initiative entreprise à l’échelle nationale par l’ABA et diverses organisations ethno-raciales et religieuses en vue de combattre le racisme,  le Secrétariat National Contre l’Intolérance et le Racisme au Canada a préparé des mémoires et a tenu un colloque en octobre 2005 sur les Crimes Motivés par la Haine , le Code criminel et la charte canadienne des droits et des libertés à Rama Mnjikaning Première Nation, Ontario. Le rapport final est disponible maintenant.

Consultez le Rapport

Les Prix d'Excellence Décernés aux Avocats Autochtones

Plusieurs membres de l'ABA ont tout récemment reçu le prix d'excellence de la part d'établissements tels que la Fondation nationale des réalisations autochtones et l'Université de Toronto.

James (Sakej) Youngblood Henderson et Bernd Christmas sont les derniers lauréats des Prix Nationaux d'Excellence Décernés aux Autochtones.

 Visitez le site Web « NAAF »

Les Professeurs Darlene Johnston et Jean Teillet ont tout récemment été reconnues comme « Pionniers de la Profession Juridique » par l'Université de Toronto. Le 8 mars 2006, Journée internationale de la femme, la Faculté de droit de l'Université de Toronto a dévoilé une exhibition de photos permanente de 19 diplômées exceptionnelles qui sont des pionniers de la profession juridique.

 Visitez le site Web « U of T Law »

Les Étudiants en Droit d’Origine Autochtone Participent à la Rencontre Nationale de « Procès Fictifs et Déballages d’Idées ».

Les étudiants en droit d’origine autochtone à travers le Canada participent, du 2 au 4 mars 2006 à Toronto, au « Kawaskimhon : Sagesse d’Expression ». C’est une Rencontre Nationale où ont lieu des « Procès Fictifs et Déballages d’Idées » relatifs aux Droits Autochtones. « Osgoode Hall Law School » anime cette rencontre où l’on examinera un règlement unanime qui découle d’un conflit collectif dans un casino de la Première Nation.

 Visitez le site Web "Moot

Call for Papers: Scow Institute Call for Papers on Aboriginal Issues

The Scow
Institute

PO Box14302 Granville Island, Vancouver British Columbia V6H 4J6 Telephone (604)696-1838

 CALL FOR PAPERS
2006 Call For Papers on Aboriginal Issues
October, 2006

The Scow Institute for Communicating Information on Aboriginal Issues (“Scow Institute”) issues a call for research papers (“Research Papers”) and fact sheets (“Fact Sheets”) with respect to the following subject areas:

Aboriginal Justice

  • and Aboriginal women;
  • and Aboriginal youth;
  • Aboriginal courts;
  • Aboriginal policing /corrections; and
  • Restorative Justice

Legal issues in respect of

  • Aboriginal people with disabilities;
  • Aboriginal Elders; and
  • Comparative governance structures among Aboriginal peoples in Canada.

For more information about these topic areas and the Scow Institute including current Research Papers and Fact Sheets see www.scowinstitute.ca.

The Scow Institute
The Scow Institute works towards greater understanding between Aboriginal and non-Aboriginal peoples through information that is fact based, non-partisan, and accessible on topical issues that affect all Canadians.  The Institute was founded in 2001 by retired Judge Alfred J. Scow, the first Aboriginal person called to the Bar and to the Bench in British Columbia, and other interested persons. The Scow Institute is primarily funded by The Law Foundation of British Columbia and has received funding from the Notary Foundation and Vancity.

Purpose of the Research Papers/Fact Sheets
The Research Papers and Fact Sheets are directed toward Aboriginal and non-Aboriginal people in the general public; libraries; media; business; community organizations; and toward individuals in the fields of education and social services. They will be used for educational purposes in a variety of settings, and they will be available to the public on the Scow Institute web site.

 Invitation to submit proposals
The Scow Institute is seeking any persons with training and experience in the fields of Aboriginal law, social work, health and other related fields to submit proposals for Research Papers and accompanying Fact Sheets intended for the general public. The Research Papers and Fact Sheets should be fact based, non-partisan in tone and content.

Guidelines
All contractors will be remunerated in accordance with Scow Institute policy and the terms of the contract.

Length
Terms of the contract require a Research Paper of 4000 – 6000 words in length.  In addition, the contractor will supply a plain language Fact Sheet on the same topic of 1000 – 1500 words in length.

Style guide
Scow Institute papers should conform to The Canadian Guide to Uniform Legal Citation, published by Carswell.

Copyright
The Research Papers and Fact Sheets will be the exclusive property of the Scow Institute.  The Scow Institute will acknowledge the author of the works when they are published or disseminated.

Timelines
First drafts and bibliographies will be due three months from date of the contract.  Final papers and Fact sheets must be completed within two months after first draft approval.  Payment will be made in two installments, based on approval of first and final drafts.

Legal Review and editing
The Scow Institute may do a legal review of the paper and or a plain language edit.  In all cases, the author will be consulted on any required changes.

Submission process
Please submit via email only i) a research proposal outline in relation to one of the listed subject areas, ii) resume; and iii) one page writing sample no later than 5 pm on November 15th   2006, via:

Email:  info@scowinstitute.ca

For further inquiries:   phone 604-696-1838

 

Media Release: Access to Justice Stifled by Harper's New Government

RAMA, ON, Sept. 28 /CNW/ - "Tuesday's announcement by the Conservative Government of their intention to eviscerate the Law Commission of Canada and the Court Challenges Program, is a blow to access to justice for Aboriginal people and indeed all Canadians", said Indigenous Bar Association President, Jeffery Hewitt.

Yesterday Prime Minister Harper's New Government announced its plans to "eliminate wasteful and ineffective programs", including, among others, two key institutions promoting access to justice: the Law Commission of Canada and the Court Challenges Program.

"It is unimaginable that any Government in Canada would pointedly suggest that access to justice is wasteful and ineffective. It appears that Harper's New Government put all Canadians on notice this week that our dearly held views that we are a society who cares for the most vulnerable among us is not the Canada that Harper's New Government intends to uphold for us" said Jeffery Hewitt.

By many accounts the Law Commission is a success, perhaps most notably through some of its key initiatives such as: its report entitled "Restoring Dignity: Responding to Child Abuse in Canadian Institutions" , which generated significant research leading to the resolution of abuses against former Aboriginal residential school students; its "Indigenous Legal Traditions" initiative calling for true legal pluralism with the inclusion of legal traditions (common, civil and Indigenous), of all three founding partners of Confederation in Canada's laws; and its "Beyond Conjugality" report that called for a better reflection and protections in law of how Canadians chose to live their lives every day in, traditional marriages, common law partnerships, civil unions, same-sex unions, blended families, and the like.

In addition to eliminating the Law Commission, funding has evaporated for several independent, non-partisan research institutions such as the Court Challenges Program, which assists important court cases that advance language and equality rights guaranteed under the Charter of Rights and Freedoms. According to Treasury Board president, John Baird, funding for the Court Challenges Program was eliminated because he "didn't think it made sense for government to subsidize lawyers to challenge the government's own laws in court", which incidentally is one of the cornerstones of a progressive and accountable democracy.

With the elimination of these important institutions one is left to assume that Harper's New Government believes it knows best what Canadians need and that does not include the Charter, the Constitution or an accountable government.

In the recent Speech from the Throne, Harper's New Government spoke about the importance of checks and balances in bringing accountability back to government, noting however that the "trust of citizens must be earned every day."

"Ironically" says IBA President "when it comes to justice and accountability in Canada, Harper's New Government has failed to recognize the fundamental importance of checks and balances and on Tuesday failed to earn the trust of Canadians".

For further information: Jeffery Hewitt, President of the Indigenous Bar Association at: jhewitt@indigenousbar.ca or call at (705) 330-6203

 

La Conférence de l'APN au sujet de l'Accord de règlement sur les pensionnats indiens, à l'intention des travailleurs de première ligne

L'ABA a présenté, le 12 septembre 2006 à Vancouver en Colombie-Britannique, la Conférence de l'APN au sujet de l'Accord de règlement sur les pensionnats indiens, à l'intention des travailleurs de première ligne. La présentation de l'ABA a exposé le Rôle et la Responsabilité des Avocats compte tenu de l'Accord de règlement sur les Pensionnats Indiens daté du 8 mai 2006.

La présentation s'est axée tout particulièrement sur les questions concernant la responsabilité professionnelle, le rôle des cabinets d'avocats dans la pratique de la profession juridique, et les lignes directrices adoptées par certains cabinets d'avocats pour aborder les problèmes résultant du litige par rapport aux Pensionnats Indiens. D'autres questions qui ont été abordées comprennent les dispositions relatives aux honoraires conditionnels; les problèmes concernant les testaments; et les questions pertinentes lorsqu'on retient les services d'un avocat.

Consulter la présentation de l'ABA

Consulter les Lignes Directrices du Barreau du Haut-Canada Mises à la Disposition des Avocats qui S'occupent des Cas de Plaintes d'Abus dans les Pensionnats Indiens

Les points de contact pour tous les cabinets d'avocats par l'entremise du site Web de la Fédération des ordres professionnels de juristes du Canada

 

"L'ABA et la NSAHRC font appel à tous les canadiens pour soutenir la nomination de juristes autochtones au sein des Cours d'appel et la Cour suprême du Canada. ".

L'ABA a collaboré avec les canadiens et les organisations Nationales Autochtones et d'autres organismes à travers le Canada en vue de promouvoir le besoin d'inclure les autochtones au sein de nos institutions fédérales. Cet effort pour solliciter l'engagement des canadiens s'est surtout orienté tout récemment vers l'inclusion des autochtones et des traditions juridiques autochtones dans les Cours. De telle initiative a abouti à beaucoup de résultats positifs, à savoir :

  1. 1. L'ABA a travaillé en partenariat avec l'Assemblée des Premières Nations en vue de convaincre les canadiens sur le privilège de nommer un autochtone à la Cour suprême du Canada. Le 11 août 2005, le « Globe and Mail » a publié avec des petites modifications éditoriales, un Point de Vue du Chef national de l'Assemblée des Premières Nations, Phil Fontaine, et de Dianne Corbière, la Présidente de l'ABA. L'article original apparaît ci-dessous.
  2. La Justice Pour Tous

  3. L'ABA travaille en collaboration avec l'Association du Barreau Canadien (ABC) - Section Juridique Autochtone - au sujet de la nécessité d'une représentation autochtone à la Cour suprême du Canada. Consultez la résolution de l'ABC qui a été adoptée le 13 août 2005 et disponible en ligne à http://www.cba.org/CBA/resolutions/2005resdebate/
  4. l'Association canadienne des professeurs de droit adopte la prise de position de l'ABA à l'effet qu'on devrait nommer un juriste autochtone à la Cour suprême du Canada, compte tenu de la Constitution. Veuillez consulter leur document en ligne à : http://www.acpd-calt.org/english/docs/SupremeCourt_panel.doc
  5. Secrétariat National contre l'Intolérance et le Racisme au Canada (NSAHRC) soutient la prise de position qui a été avancée par l'ABA au sujet de cette question. Veuillez consulter leur documentation à : http://www.indigenousbar.ca/../../pdf/aborjudges.pdf
  6. 5. Le ministre de la Justice, Irwin Cotler procède à la nomination du premier juriste autochtone à une cour d'appel du Canada. Veuillez consulter le document disponible sur le site web de l'ABA.

Pour obtenir plus de renseignements, veuillez contacter un membre du Comité en charge des communications à l'ABA.

 
Association du Barreau Autochtone: Nominations d'autochtones aux Cours d'appel

Derniers Développements

Résolution du conseil de l’ABC – Antécédents

Il y a récemment eu beaucoup de discussions et de travaux relativement à la question d'assurer une représentation autochtone à la Cour suprême du Canada ainsi qu'au sein des différentes cours d'appel à travers le Canada. Ces développements, bien qu'ils aient été initiés par l'Association du Barreau Autochtone (ABA), sont survenus grâce aux efforts coordonnés et à la participation de plusieurs organisations, incluant l'Association du Barreau Canadien (ABC), sa Section nationale du droit des autochtones et son Comité permanent sur l'équité. Une résolution supportant des nominations autochtones à la fonction judiciaire est présentement en gestation et sera considérée à la rencontre annuelle de l'ABC à Vancouver en août 2005. L'ABA encourage tous les membres de l'ABC à s'informer sur ces questions afin de permettre un débat informé sur la résolution à la rencontre annuelle de l'ABC.

Cette question n'est pas nouvelle pour l'ABC. Comme l'a rappelé le Professeur Peter Russel lors d'une conférence conjointe ABC/ABA en mars 2005, depuis le milieu des années 1980 l'ABC en a fait l'étude et a rédigé des rapports, fait des recommandations et a adopté certaines résolutions. Le Professeur Russel a noté que l'engagement de l'ABC vis-à-vis la nomination de davantage de juges autochtones à toutes les instances judiciaires a d'abord été développé dans un rapport qu'on lui avait demandé de rédiger concernant la façon dont les juges sont nommés au Canada. L'ABC a fait écho à cet engagement dans son rapport de 1999 intitulé L'égalité raciale dans la profession juridique et encore une fois lors de ses rencontres de la mi-hiver 2000 alors qu'elle a adopté la Résolution 00-01M qui demandait précisément que soit révisée les critères de nomination en faveur de nominations autochtones au sein des juridictions d'appel.

L'engagement vis-à-vis de nominations judiciaires autochtones est clairement partagé par l'ABC et l'ABA, et cette initiative récente de promotion du pluralisme juridique est à la source d'un partenariat grandissant entre ces deux organisations nationales.

De l'avis de l'ABA, aucune question sur quelque sujet que ce soit ne devrait être résolue en l'absence d'un franc débat. La question d'encourager la nomination de plus de juges autochtones au sein des cours d'appel du Canada, incluant la Cour suprême du Canada, a certainement été sujette à beaucoup de débats.

Certaines critiques affirment que si les peuples autochtones doivent être représentés au sein du pouvoir judiciaire de façon plus formelle, alors tous les autres groupes faisant partie de la mosaïque culturelle canadienne devraient eux aussi y être représentés. L'ABA accepte que la composition du pouvoir judiciaire devrait mieux refléter la société canadienne. Ceci étant dit, il existe des différences importantes entre les peuples autochtones et tous les autres groupes ethniques et raciaux du Canada; ces différentes sont pertinentes au débat. D'abord, les peuples autochtones sont les seuls peuples qui sont reconnus dans la Loi Constitutionnelle de 1982 comme étant distincts et dont les droits sont spécifiquement protégés. Ensuite, les peuples autochtones ont fondé le Canada aux côtés des francophones et anglophones - dont la représentation au sein de la Cour suprême est déjà assurée par la loi et la coutume. Par conséquent, la présente initiative n'affecte aucunement la représentation d'autres groupes au sein du pouvoir judiciaire, mais sert simplement à agir en conformité avec la Constitution du Canada et à reconnaître le rôle des peuples autochtones en tant que partenaires fondateurs.

D'ailleurs, Peter Hogg a également affirmé lors d'une présentation devant l'ABC en mars 2005 intitulée "Recognition of Indigenous Laws/Reconnaisance du Droit Autochtone, The Constitutional Basis of Aboriginal Rights" que non seulement le pluralisme juridique est bel et bien présent au Canada, mais qu'à travers une série de décisions de la Cour suprême, incluant Sparrow, les droits et titres autochtones ont été enchâssés constitutionnellement. Hogg suggère donc que de supporter une initiative qui vise à assurer une représentation autochtone au sein de la Cour suprême et des autres cours d'appel favorise généralement une analyse juridique plus complète des droits et titres autochtones.

Le National Secretariat on Hate and Racism in Canada est une organisation canadienne unique qui comprend non seulement des autochtones, mais également des membres de communautés ethniques, raciales et religieuses très diversifiées qui sont à développer un effort commun et national entre les autochtones et les groupes non-autochtones afin de combattre la haine et le racisme. Cette participation diverse, incluant des gens des communautés asiatiques, noires, arabes et juives du Canada, a non seulement encouragé publiquement la nomination d'autochtones au sein des cours d'appel, mais a également milité en faveur de la reconnaissance du droit coutumier autochtone aux côtés de la common law et du droit civil. Un tel pluralisme juridique constitue la pierre de touche du système juridique canadien qui sera nécessairement enrichi par le droit coutumier.

Un autre élément important de cette discussion est le concept de mérite. Laissant de côté le fait que la notion de mérite est subjective, bien qu'elle soit typiquement invoquée comme étant un standard objectif, permettons-nous de l'analyser. Afin d'être qualifié(e) pour un poste judiciaire, l'on doit au minimum être titulaire d'un diplôme de droit émis par une faculté de droit reconnue et avoir été membre du Barreau d'une des provinces canadiennes depuis au moins dix ans. Les juges de la Cour suprême peuvent être nommés à partir d'une autre juridiction judiciaire, ou directement à partir de la profession. Au-delà des critères minimaux, la notion de mérite requiert que les juges des cours d'appel (en fait que tous les juges) soient également pourvus d'un tempérament adéquat et soient parmi les avocats ou juristes les plus brillants. L'application de cette notion de mérite a permis la nomination d'excellent(e)s représentant(e)s à la Cour suprême. Alors pourquoi la modifer? L'ABA ne désire pas changer ou modifier la notion de mérite.

La promotion de la nomination d'un membre du barreau d'origine autochtone à la Cour suprême permet simplement d'étendre la notion de mérite dans la mesure où elle permettra d'ajouter l'expertise en droit autochtone au sein des critères de sélection. Si les candidats sont sélectionnés pour leur expertise dans une branche particulière, ils sont également sélectionnés à cause de leur capacité à déterminer toutes les questions se présentant à la Cour. Une nomination autochtone ne vient pas affecter cette notion. Il existe plusieurs candidats autochtones qui possèdent le mérite requis et qui ajouteraient un élément longtemps négligé de représentation complète des partenaires de la confédération. En somme, une nomination autochtone n'équivaut pas à mettre de côté ou à diminuer le principe de 'mérite', mais plutôt à le promouvoir.

À la lumière de ce qui précède, l'ABA est confiante que les membres de l'ABC vont tenter de s'informer le plus possible sur la question et que l'ABC va poursuivre son projet, commencé depuis plus de deux décennies, de promotion de la présence d'autochtone au sein du pouvoir judiciaire. L'ABA encourage les membres de l'ABC à consulter son document concernant cette question, disponible sur le site web de l'ABA à www.indigenousbar.ca et à contacter l'ABA afin d'en discuter plus à fond. L'ABA va continuer à travailler avec les divers comités et membres de l'ABC sur cette question et vous encourage à les contacter afin d'obtenir plus d'information. Veuillez s.v.p. contacter les sections nationales, provinciales et territoriales du droit des autochtones de l'ABC. Vous pourrez les rejoindre en contactant Holly Doerkson du bureau national de l'ABC ou en consultant l'annuaire national de l'ABC en ligne à www.cba.org .

Mise à Jour:
Le Conseil de l'ABC a adopté une résolution le 13 août 2005, pour soutenir la nomination de juristes autochtones à tous les échelons des tribunaux d'appel, y compris à la Cour suprême du Canada.

Par ailleurs, le Président de l'ABC, Brian Tabor, a présenté au Sous-comité de la Chambre des communes en novembre 2005, des mémoires relatifs au processus de nomination à la magistrature fédérale, et qui soulèvent tout particulièrement la question de nomination des juristes autochtones. Pour obtenir plus de renseignements, visitez le site Web :
http://www.cba.org/CBA/News/2005_Releases/2005-10-31_judicial.aspx

L'ABA prévoit, pour le 22 novembre 2005, une présentation au Sous-comité de la Chambre des communes, de mémoires relatifs au processus de nomination à la magistrature fédérale.

Justice Harry S. LaForme of the Ontario Court of Appeal - the First Indigenous Judge Appointed to a Court of Appeal in a Commonwealth Country


IBA awards the 2005 Indigenous Peoples’ Counsel (I.P.C.) distinction to James (Sakej) Youngblood Henderson …read more

 

 
La Saskatchewan Institute of Public Policy a lancé un appel pour solliciter des articles sur le thème suivant: " Moving Towards Justice Legal Traditions and Aboriginal and Canadian Justice " - autrement dit « En Marche Vers les Traditions Légales du Système Juridique et les Systèmes Judiciaires Autochtone et Canadienne ». La date limite est le 31 août 2005. Pour plus de renseignements, veuillez vous référer au site web ci-dessous :
http://www.acpd-calt.org/english/docs/SIPP06_CFP_ENG (version anglaise seulement)
 
Roger Jones, récipiendaire du Prix d'Excellence pour un Juriste Autochtone conféré par le Centre pour le Droit Autochtone

Le Centre pour le Droit Autochtone est heureux de présenter son Prix d'Excellence pour un Juriste Autochtone à M. Roger Jones, qui oeuvre comme Conseiller Juridique Senior pour l'Assemblée des Premières Nations. Cet honneur prestigieux et à portée continentale est présenté une fois par décennie à un juriste autochtone qui constitue un exemple d'excellence dans la pratique et permet de reconnaître certains accomplissements professionnels d'importance. Ces prix, offerts par les pairs du récipiendaire, visent à reconnaître les individus de talent qui ont exercé leurs aptitudes juridiques aux plus hauts niveaux professionnels, qui ont démontré des façons par lesquelles le système juridique pouvait être utilisé afin d'atteindre de nouveaux sommets au sein de la société, qui utilisent le droit afin d'améliorer la qualité de vie des peuples autochtones, et qui peuvent servir d'exemple pour les jeunes avocats autochtones. Ce sont là des juristes qui donnent un sens aux valeurs de la profession, et dont les carrières offrent un défi pour ceux qui leur succèdent.

Le prix sera présenté à l'occasion du Kawaskimhom 2005, le concours national de plaidoirie sur les droits autochtone. La cérémonie de remise de prix se tiendra le vendredi 4 mars au soir, au banquet du Kawaskimhom 2005, qui se tiendra à l'hôtel Delta de Bessborough. Roger Jones présentera le discours principal lors du banquet.

Roger Jones, de la Première Nation Sagamok Anishnabek, se voit offrir ce prix pour ses accomplissements dans les domaines de la négociation, de la résolution de conflits, des droits de la personne et de la politique gouvernementale. Le prix reconnaît également le rôle vaste et contemplatif qu'il a tenu en tant que conseiller juridique d'organisations autochtones. Le prix honore également ses solides aptitudes juridiques, sa compétence, et sa détermination à représenter les Premières Nations au Canada. Roger Jones a permis d'avancer les plus hauts principes et les plus hautes traditions de la profession juridique et du service aux peuples autochtones. Ses accomplissements ont eu des résultats profonds au niveau national et ont aidé à améliorer les relations entre la profession juridique et les peuples autochtones. Enfin, il a fondé un solide système de mentorat pour les jeunes avocats autochtones et fut le premier président de l'Association du Barreau Autochtone.

Le dernier récipiendaire de ce prix (en 1995) fut Mario Gonzales, de la Nation Lakota.

Le Centre pour le Droit Autochtone est un centre pour l'avancement du droit autochtone reconnu au niveau national. Nous sommes fiers d'êtres associés à ce prix et aux solides valeurs qu'il incarne.

 
M. le juge Harry S. LaForme est le premier juge autochtone nomme a une Cour d'appel

Le 11 novembre 2004, le Président de l'ABA a eu l'honneur d'assister à la première nomination d'un juge issu des Premières Nations à une Cour d'appel au Canada. L'Association du Barreau Autochtone a travaillé avec d'autres organismes afin que le public prenne conscience du besoin de nommer plus de juges autochtones au Canada. C'est un grand honneur que de constater que les efforts de M. le juge LaForme ont mené à cette nomination.

Dianne G. Corbière a offert une statue en forme de tête d'aigle sculptée par un artiste Mohawk à M. le juge Harry S. LaForme afin de souligner cet accomplissement historique. Ce cadeau bien simple représente ses accomplissements jusqu' à date : en effet, celui-ci vole véritablement comme un aigle et ouvre un nouveau sentier pour d'autres individus d'origine autochtone.

M. le juge Harry S. LaForme est un indien Mississauga et un membre de la Première Nation des Mississaugas de New Credit située dans le sud de l'Ontario. Il est né et a grandi sur sa réserve, sur laquelle sa mère et une partie de sa famille habitent toujours, et il demeure encore actif au sein du gouvernement de cette Première Nation.

Il est particulièrement fier d'avoir vu ses efforts recompensés par son propre peuple autochtone, notamment à travers :

(i) le Prix National d'Excellence Autochtone dans le domaine du droit et de la justice en 1997

(ii) À trois (3) occasions, des aînés autochtones lui ont offert une plume d'aigle, qui symbolise les vertus d'honnêteté, d'intégrité et de respect. La plus récente plume d'aigle lui a été offerte lors de son assermentation en tant que juge de la Cour d'appel de l'Ontario.

M. le juge LaForme a reçu son diplôme de la Faculté de droit d'Osgoode Hall en 1977 et a été admis au Barreau de l'Ontario en 1979. Il a travaillé comme stagiaire au sein du bureau d'avocats Osler, Hoskin et Harcourt et a éventuellement joint ce bureau en tant que sociétaire pratiquant le droit commercial et le droit des affaires. Après une courte période chez Osler, Hoskin et Harcourt, M. le juge LaForme a ouvert son propre bureau, se spécialisant alors en droit autochtone. Cette pratique lui a permis de traiter de questions relatives à la Constitution et à la Charte des droits et libertés. M. le juge LaForme a plaidé devant toutes les instances judiciaires et sa pratique lui a donné le privilège de voyager à travers le Canada ainsi que de représenter les intérêts autochtones canadiens à Genève en Suisse, en Nouvelle Zélande et au Parlement britannique.

En 1989, par des décrets en conseil de l'Ontario et du Canada, le juge LaForme a été nommé Commissaire de la Commission Indienne de l'Ontario. La Commission Indienne de l'Ontario avait pour mandat d'assister les gouvernements de l'Ontario, du Canada et des Premières Nations de l'Ontario dans leur identification de questions problématiques, de faciliter leur résolution et leur médiation, et d'utiliser toute autre possibilité qui soit nécessaire afin d'examiner et de résoudre ces questions. Les questions traitées par la Commission sous la direction de M. le juge LaForme incluent : la gouvernance autochtone ; l'éducation ; les services policiers dans les communautés autochtones ; et les demandes territoriales.

En 1991, M. le juge LaForme a été nommé par le Cabinet fédéral afin de diriger la Commission Royale sur les Revendications de Territoires Autochtones, mieux connue sous le nom de Commission pour les Demandes Autochtones. La Commission pour les Demandes Autochtones a été créée en 1991 afin de faire enquête et de communiquer au Cabinet ses conclusions et la solution proposée. Les procédures et responsabilités de la Commission incluaient la conduite d'audiences d'enquête concernant les questions de la validation et de la compensation des demandes territoriales autochtones. La Commission demeure une voie d'appel indépendante par laquelle les Premières Nations à travers le Canada peuvent demander que certaines questions de revendications territoriales soient entendues par des panels de Commissaires indépendants.

En plus de son travail en tant qu'avocat et de ses responsabilités comme président de deux Commissions royales, M. le juge LaForme a enseigné un cours sur 'Les droits des peuples autochtones' à la Faculté de droit d'Osgoode Hall en 1992 et 1993. D'octobre 1989 à juin 1990, M. le juge LaForme a agi comme co-président de la Groupe d'Action des Chefs Nationaux sur les Revendications de Territoire Autochtones. Le rapport final du Groupe d'Action intitulé 'First Nations Submissions on Claims' a été remis au gouvernement fédéral le 14 décembre 1990 et a ensuite donné lieu à l'établissement de la Commission sur les Revendications Autochtones.

En janvier 1994, le juge LaForme a été nommé juge à la Cour de Justice de l'Ontario (Division Générale), maintenant appelée Cour supérieure de Justice de l'Ontario. Au moment de sa nomination, il était l'un des 3 seuls juges autochtones nommés à ce niveau de première instance au Canada.

Enfin, en novembre 2004, le juge LaForme a été nommé à la Cour d'appel de l'Ontario. Il est le premier autochtone nommé à une Cour d'appel dans l'histoire du Canada.

L'Association du Barreau Autochtone tient à le féliciter pour cet accomplissement d'ordre historique!

 

Raisons juridiques pour nommer des juristes autochtones a la Cour supreme du Canada (version anglaise seulement)
 
Fonds d'éducation pour la justice autochtone
Téléchargez l'information (version anglaise seulement)
 
Le thème de l'initiative Perspectives juridiques 2005

L'Association canadienne des professeurs de droit (ACPD), l'Association canadienne Droit et Société (ACDS), le Conseil des doyens et des doyennes des facultés de droit du Canada (CDFDC) et la Commission du droit du Canada ont le plaisir d'annoncer l'affichage de la septième initiative de Perspectives juridiques.

Le thème de l'initiative Perspectives juridiques 2005, sera « Les traditions juridiques autochtones ».  Les collectivités autochtones du monde entier maintiennent des traditions en ce qui concerne le droit et les rapports entre les individus, notamment la gouvernance de la collectivité, de l'environnement et des châtiments.  Souvent transmises de façon orale, ces traditions sous-tendent des pratiques communes appropriées et de saines décisions.  Un programme de réforme du droit dynamique doit fonctionner dans un contexte qui reconnaît le pluralisme juridique dans son entité.  Quelles sont les sources des traditions juridiques autochtones au Canada?  Quelles sont les manières de faire plus de place aux traditions autochtones (juridiques et autres) dans le pays et de les reconnaître?  Comment des traditions juridiques différentes peuvent-elles coexister d'une manière efficace?

Les coparrains choisiront jusqu'à six propositions.  La subvention comprend une somme de 3000 $ attribuée pour la production de la communication.  Elle couvrira en outre les frais de déplacement engagés par le chercheur pour se rendre à l'assemblée annuelle de l'ACPD et/ou à l'assemblée annuelle de l'ACDS en Colombie-Britannique afin de présenter sa communication préliminaire, ses frais d'inscription aux assemblées annuelles, l'hébergement pour deux nuits là où les assemblées auront lieu, de même que le billet d'avion et le transport à terre, s'il y a lieu.

La date de tombée pour soumettre les demandes est le lundi 31 janvier 2005 .

Le programme « Perspectives juridiques » est une projet conjoint de l'Association canadienne des professeurs de droit (ACPD), l'Association canadienne Droit et Société (ACDS), le Conseil des doyens et des doyennes des facultés de droit du Canada (CDFDC) et la Commission du droit du Canada.  Pour obtenir des renseignements détaillés sur le concours ou pour en connaître davantage sur la portée des propositions, veuillez consulter la description de programme .

Pour d'autres renseignements, vistez le site-web de la Commission du droit du Canada www.cdc.gc.ca

 
 
Objectifs
Message du président
Membres du conseil
Comités
Nouvelles & Événements
Nouvelles
Possibilités d'emploi
Règlements
Prochaines conférences
Conférences passées
Articles
Étudiants
Annuaire
Inscrivez-vous
Member Only Resources
Contactez-nous
Donation to IBA
C.P.A.
Bourses
Fondation
Awards of Distinction
Regarder la législation
NSAHRC
Droit International
Regarder la législation
Accessing Justice and Reconciliation